Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Île des Poètes

MANIFESTE DU SYMBOLISME PAR Jean Moréas

21 Septembre 2010, 17:11pm

Publié par Fathia Nasr

Arthur-B.-Davies--Elysian-Fields-.jpg

Œuvre d’Arthur B. Davies - Elysian Fields.

 

MANIFESTE DU SYMBOLISME - Jean Moréas

Comme tous les arts, la littérature évolue : évolution cyclique avec des retours strictement déterminés et qui se compliquent des diverses modifications apportées par la marche du temps et les bouleversements des milieux. Il serait superflu de faire observer que chaque nouvelle phase évolutive de l'art correspond exactement à la décrépitude sénile, à l'inéluctable fin de l'école immédiatement antérieure. Deux exemples suffiront: Ronsard triomphe de l'impuissance des derniers imitateurs de Marot, le romantisme éploie ses oriflammes sur les décombres classiques mal gardés par Casimir Delavigne et Étienne de Jouy. C'est que toute manifestation d'art arrive fatalement à s'appauvrir, à s'épuiser; alors, de copie en copie, d'imitation en imitation, ce qui fut plein de sève et de fraîcheur se dessèche et se recroqueville; ce qui fut le neuf et le spontané devient le poncif et le lieu commun.

Ainsi le romantisme, après avoir sonné tous les tumultueux tocsins de la révolte, après avoir eu ses jours de gloire et de bataille, perdit de sa force et de sa grâce, abdiqua ses audaces héroïques, se fit rangé, sceptique et plein de bon sens; dans l'honorable et mesquine tentative des Parnassiens, il espéra de fallacieux renouveaux, puis finalement, tel un monarque tombé en enfance, il se laissa déposer par le naturalisme auquel on ne peut accorder sérieusement qu'une valeur de protestation, légitime mais mal avisée, contre les fadeurs de quelques romanciers alors à la mode.

Une nouvelle manifestation d'art était donc attendue, nécessaire, inévitable. Cette manifestation, couvée depuis longtemps, vient d'éclore. Et toutes les anodines facéties des joyeux de la presse, toutes les inquiétudes des critiques graves, toute la mauvaise humeur du public surpris dans ses nonchalances moutonnières ne font qu'affirmer chaque jour davantage la vitalité de l'évolution actuelle dans les lettres françaises, cette évolution que des juges pressés notèrent, par une inexplicable antinomie, de décadence. Remarquez pourtant que les littératures décadentes se révèlent essentiellement coriaces, filandreuses, timorées et serviles : toutes les tragédies de Voltaire, par exemple, sont marquées de ces tavelures de décadence. Et que peut-on reprocher, que reproche-t-on à la nouvelle école? L'abus de la pompe, l'étrangeté de la métaphore, un vocabulaire neuf où les harmonies se combinent avec les couleurs et les lignes : caractéristiques de toute renaissance.

Nous avons déjà proposé la dénomination de symbolisme comme la seule capable de désigner raisonnablement la tendance actuelle de l'esprit créateur en art. Cette dénomination peut être maintenue.

Il a été dit au commencement de cet article que les évolutions d'art offrent un caractère cyclique extrêmement compliqué de divergences ainsi, pour suivre l'exacte filiation de la nouvelle école, il faudrait remonter jusqu'à certains poèmes d'Alfred de Vigny, jusques à Shakespeare, jusques aux mystiques, plus loin encore. Ces questions demanderaient un volume de commentaires; disons donc que Charles Baudelaire doit être considéré comme le véritable précurseur du mouvement actuel ; M. Stéphane Mallarmé le lotit du sens du mystère et de l'ineffable ; M. Paul Verlaine brisa en son honneur les cruelles entraves du vers que les doigts prestigieux de M. Théodore de Banville avaient assoupli auparavant. Cependant le Suprême enchantement n'est pas encore consommé un labeur opiniâtre et jaloux sollicite les nouveaux venus.

Ennemie de l'enseignement, la déclamation, la fausse sensibilité, la description objective, la poésie symbolique cherche à vêtir l'Idée d'une forme sensible qui, néanmoins, ne serait pas son but à elle-même, mais qui, tout en servant à exprimer l'Idée, demeurerait sujette. L'Idée, à son tour, ne doit point se laisser voir privée des somptueuses simarres des analogies extérieures; car le caractère essentiel de l'art symbolique consiste à ne jamais aller jusqu'à la conception de l'Idée en soi. Ainsi, dans cet art, les tableaux de la nature, les actions des humains, tous les phénomènes concrets ne sauraient se manifester eux-mêmes ; ce sont là des apparences sensibles destinées à représenter leurs affinités ésotériques avec des Idées primordiales.

L'accusation d'obscurité lancée contre une telle esthétique par des lecteurs à bâtons rompus n'a rien qui puisse surprendre. Mais qu'y faire? Les Pythiques de Pindare, l'Hamlet de Shakespeare, la Vîta Nuova de Dante, le Second Faust de Goethe, la Tentation de Saint Antoine de Flaubert ne furent-ils pas aussi taxés d'ambiguïté ? Pour la traduction exacte de sa synthèse, il faut au Symbolisme un style archétype et complexe : d'impollués vocables, la période qui s'arcboute alternant avec la période aux défaillances ondulées, les pléonasmes significatifs, les mystérieuses ellipses, l'anacoluthe en suspens, tout trope hardi et multiforme ; enfin la bonne langue-instaurée et modernisée - , la bonne et luxuriante et fringante langue française d'avant les Vaugelas et les Boileau-Despréaux, la langue de François Rabelais et de Philippe de Commines, de Villon, de Rutebeuf et de tant d'autres écrivains libres et dardant le terme du langage, tels des Toxotes de Thrace leurs flèches sinueuses.

Le rythme : l'ancienne métrique avivée ; un désordre savamment ordonné ; la rime illucescente et martelée comme un bouclier d'or et d'airain, auprès de la rime aux fluidités absconses ; l'alexandrin à arrête multiples et mobiles ; l'emploi de certains nombres premiers - sept, neuf, onze, treize, - résolus en les diverses combinaisons rythmiques dont ils sont les sommes.

Commenter cet article

morgane 27/01/2011 08:56



Que je suis heureuse de te relire Fathia je me demandais ce qui t'étais arrivée. Je t'adresse mon amitié et reprenons le cours de cette aventure !



Fathia Nasr 27/01/2011 14:58



Bonjour ma chère amie Morgane, c'est avec un grand plaisir et une grande joie de reprendre le merveilleux cours de l'amitié avec toi, bon jeudi, gros bisous



Hazel 13/12/2010 20:33



Bonjour,

Souvenez-vous : vous avez participé, en été 2009 au Concours du Hangar... eh bien pour cette période de fêtes c'est reparti ! Pour cette fin d'année, nous avons choisi pour thème La Naissance,
pour marquer le début proche de la nouvelle année et surtout de la nouvelle décennie. Et nouveauté cette fois-ci : c'est un double concours puisqu'il est littéraire mais aussi pictural (peinture,
photo, tableau, dessin, BD, etc.), et vous pouvez participer aux deux concours ! Vous pouvez nous envoyer vos participations jusqu'au 28 décembre minuit via le formulaire de contact du site ou
bien à l'adresse mail suivante : contact@le-hangar.com

Nous vous rapellons par ailleurs que le Hangar publie régulièrement des chronique littéraires, cinématographiques et musicales ainsi que des dossiers artistiques mais surtout VOS créations
(textes, séries de photos, projets artistiques, etc.) vous pouvez par conséquent nous envoyer vos chroniques et oeuvres quand bon vous semble.

Nous vous attendons donc sur le Hangar, http://le-hangar.com !

Bien à vous,

Hazel, du Hangar.



Harmonia 05/10/2010 21:13



Bonsoir Samia, je viens  prendre quelques nouvelles. Comment vas-tu ? Un long silence amène toujours des questions. J'espère que tout va bien pour toi et que tu n'as pas de soucis
particuliers ? Je te souhaite un belle et douce soirée. Gros bisous.



morgane 05/10/2010 10:37



Bonjour ma Fathia... plus de nouvelle de toi ... j'espère que tout va bien pour toi et que ce n'est que Vivre qui t'éloigne de notre planète. je ne
t'oubllie pas. Je t'embrasse!



Sourour 03/10/2010 11:24



passes une belle jorunée ensoleillée et bonne fin de semaine bisous sourour amitiés



mamalilou 24/09/2010 22:58



instructif à souhait


merci


belle soirée à toi


bisous d'automne



clementine 21/09/2010 23:07



très intéressant. Tu nous apprends beaucoup de choses sur l'art.


bonne soirée


clem



covix 21/09/2010 22:32



Bonsoir Fathia Nasr,


 Etrange, en lisant ce texte, j'entendais Malraux ou Frédéric Mittérrand, 


L'art est un mouvement perpétuel!


Bonne soirée


Bises