Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Île des Poètes

Les Érinyes & Tragédie d'Eschyle

21 Mai 2011, 02:16am

Publié par Fathia Nasr

Bouguereau-The Remorse of Orestes(1862)

Œuvre William Adolphe Bouguereau - Les Remords d'Oreste, 1862

 

Pour voir quelques Œuvres de William Adolphe Bouguereau cliquez-ici

 

 

Les Érinyes & Tragédie d'Eschyle

Érinyes - nom donné aux déesses de la vengeance dans la mythologie grecque, que les latins identifièrent avec leurs furies.

Elles sont représentées comme étant trois femmes ailées (Tisiphoné, Alecto et Mégère), dont les yeux pleuraient du sang, ayant une chevelure de serpents et portant des fouets ou bien des torches dans leurs mains. Elles seraient nées des gouttelettes de sang qui tombèrent sur Gaïa, la Terre, lorsqu’Ouranos a été castré par son fils. Ce sont des créatures vengeresses ; elles personnifient la conscience morale, le sentiment de culpabilité qui ronge une personne de l'intérieur.

 

Alecto tourmente sans répit tous les criminels, peu importe le crime. Elle ne pense qu'à la vengeance.

Mégère, quant à elle, se doit de semer querelles et mésententes parmi les mortels en répandant entre autre la jalousie, pour ensuite pouvoir punir ceux qui auront succombés. Elle est aussi réputée pour poursuivre les coupables avec encore plus de rage que les autres. Son nom signifie la haine.

Tisiphoné (étymologiquement : celle qui punit le meurtre) est imperturbable. Elle fouette des ombres jugées criminelles en les insultant et leur présentant des serpents effrayants. Ses sœurs la secondent dans cette tâche. C'est aussi elle qui transmet la peste et les maladies contagieuses afin de punir les hommes de leurs péchés.


Tragédie d'eschyle

Les Euménides d'Eschyle, troisième pièce de l'Orestie, s'ouvrent au seuil du temple d'Apollon à Delphes, où les Érinyes ont poursuivi Oreste, le fils matricide à qui Apollon a commandé de venger son père Agamemnon assassiné par sa mère Clytemnestre. A la première représentation, cette tragédie provoque une véritable terreur chez les spectateurs. Les Érinyes forment le chœur. Les images qui nous sont parvenues nous les montrent tenant des torches et des fouets, souvent coiffées de serpents.

Tout ce qui intéresse les Erinyes est de poursuivre le fils matricide pour lui infliger des tourments sans fin. Il n'est question pour elles ni de juger, ni de trouver des circonstances atténuantes au jeune homme. Mais Apollon veille sur Oreste qu'il a dirigé vers son temple de Delphes, où prendre un bref de repos. De là, il lui conseille d'aller chercher sa délivrance auprès d'Athéna. Les Érinyes arrivent à la suite d'Oreste à l'acropole d'Athènes où Athéna obtient qu'elles reconnaissent son autorité pour instruire l'affaire et prononcer un jugement. Cependant Athéna estime l'affaire trop grave pour la juger seule. Surtout, il s'agit d'un arbitrage entre deux générations de dieux : celle, ancienne, les Erinyes et celle, moderne, de Zeus, Apollon, Athéna. Athéna serait donc juge et partie.

Elle fait donc consulter les 8 hommes les plus sages de sa bonne ville d'Athènes, se réservant seulement de se prononcer en offrant sa voix à Oreste si les suffrages humains s'équilibrent. Ce qui se produit. Mais il reste encore à résoudre la question de la vocation des Erinyes : que vont-elles devenir si un fils matricide peut leur échapper, quand poursuivre les crimes de sang est toute leur raison d'être? Athéna leur propose alors de changer de vocation, et de devenir les Euménides, déesses bienveillantes d'Athènes. Après une longue hésitation, elles acceptent.

Les Euménides ferment L'Orestie, la grande trilogie d'Eschyle sur la justice, prix d'Athènes en 458 avant JC, seule trilogie du théâtre grec arrivée intacte jusqu'à nous. Les Euménides ont été représentées à Athènes précédées des deux autres pièces de l'Orestie : Agamemnon et Les Choéphores (et suivies d'un drame satirique perdu) au moment où Athènes inventait le jury d'assises pour juger les crimes de sang, 55 ans avant qu'Euripide reprenne la situation dans une pièce isolée intitulée Oreste.

Pour plus d’informations sur Érinyes, cliquez-ici

Commenter cet article

LADY MARIANNE 24/05/2011 21:07



bonsoir FATHIA


tu es douée sur la question tu en connais !!!
moi rien sur le sujet - désolée


bisous  Lady M



christian lemenuisiart 21/05/2011 12:41



C'est une très belle toile ! 


A bientôt et bon week-end



cecilabulle 21/05/2011 10:15



Découvrir une oeuvre, un tableau, ce qu'il nous conte...j'aime. Merci Fathia.



Fathia Nasr 21/05/2011 10:40



Bonjour Cecilabulle, c'est vrai pour comprendre un tableau, il faut découvrir le sens de ce que l'auteur veut nous dire, et chaque peinture est une poésie plein de mots qu'il faut découvrir dans
les couleurs et les images, bon weekend, bises.



Joséphine 21/05/2011 09:53



Bises***, à demain !



Leila 20/05/2011 21:12



Merci à toi Fatiha pour cet article.


Bonne soirée.
Bises.



Laurent 20/05/2011 19:52



Petit bonjour en pasant, Bon Week-End !



CRICKET1513 20/05/2011 19:30



coucou fathia


je te souhaite un bon week end !!


bisous


christelle



Dan 20/05/2011 14:56



Moi qui avait une idée assez agréable des femmes...faut il que je révise mon jugement? Amitiés Dan 



Dominique BAUMONT 20/05/2011 13:10



Très bon WE à toi chère Fathia. Bisous. Dominique