Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Île des Poètes

C'est l'extase langoureuse - Paul VERLAINE

14 Décembre 2011, 09:32am

Publié par Fathia Nasr

Gustave Courbet - Reclining Woman - femme couchée

Reclining Woman. Femme couchée (œuvre de Gustave Courbet)

Pour voir les œuvres de Gustave Courbet, cliquez-ici

 

 

Paul VERLAINE (1844-1896) - Recueil : Romances sans paroles

C'est l'extase langoureuse

 

C'est l'extase langoureuse,

C'est la fatigue amoureuse,

C'est tous les frissons des bois

Parmi l'étreinte des brises,

C'est, vers les ramures grises,

Le chœur des petites voix.

 

O le frêle et frais murmure !

Cela gazouille et susurre,

Cela ressemble au cri doux

Que l'herbe agitée expire...

Tu dirais, sous l'eau qui vire,

Le roulis sourd des cailloux.


Cette âme qui se lamente

En cette plainte dormante,

C'est la nôtre, n'est-ce pas ?

La mienne, dis, et la tienne,

Dont s'exhale l'humble antienne

Par ce tiède soir, tout bas ?


Commenter cet article

Hervé VILEZ 24/03/2012 18:44


Quel magnifique poème, à lire et à relire...Merci de nous en donner l'occasion!


Verlaine est un véritable orfèvre des mots et des images. Un musicien impérissable.


Hervé VILEZ.

Fathia Nasr 25/03/2012 03:03



Merci Hervé de ta visite, bisous.



HYbaInèsNada 16/12/2011 21:34



HYbaInèsNada 16/12/2011 21:19


bonsoir mon amie merci pour ta getnillesse


et tes pensées amicales


bises à Mom


bonne soirée









mamalilou 16/12/2011 03:22


merci Fathia pour ce
double choix, ainsi que pour cette magnifique réponse faite à timilo


et gros bisous festifs te dépose avant que les préparatifs et les visites ne m'éloignent un peu de toi ...vu
que je suis entourée d'électrons libres à présent (ça fait trois hommes adultes au foyer, forcément...)


précieux et chaleureux instants te souhaite auprès de ceux et celles qui te sont chers 


♥joyeusement♥

Fathia Nasr 16/12/2011 10:41



Merci Mamalilou de ce beau message, je t'embrasse très très fort et joyeuses fêtes, bisous.



valdy 15/12/2011 12:22


Magnifique association Fathia,


Tant la poésie que le tableau de Courbet, je suis heureuse de les avoir découverts


Merci

Fathia Nasr 15/12/2011 12:57



Bonjour Valdy, j'aime toujours publié un poème en l'illustrant avec une toile d'un peintre célèbre, et qui convient au sujet du poète, bonne journée, et merci pour ton passage, bisous.



timilo 15/12/2011 06:12


Il y a dans la poésie de Verlaine , ce quelque chose indéfinissable que j'aime beaucoup.


Douce journée Fathia


Bisous


Timilo

Fathia Nasr 15/12/2011 13:15



Bonjour Timilo, j'aime beaucoup lire Verlaine. Je mets une étude de ce poème que j'ai trouvé sur le net pour ceux qui veulent le comprendre: 


 Verlaine débute son poème avec un certain bonheur de vivre par : « c'est l'extase langoureuse, c'est la fatigue
amoureuse » (vers 1 et 2), deux vers marqués par un rythme lent, qui accentuent l'aspect de la satisfaction. Ensuite interviennent le paysage et la nature avec : « c'est tous les
frissons des bois parmi l'étreinte des brises » (vers3 et 4). Les « bois » (vers 3), les « brises » (vers 4) et les « ramures grises » (vers 5) servent à mettre
en place les synesthésies : « frissons » et « étreinte ». On remarquera que les sensations sont au niveau du toucher. En fin de sizain, nous entendons le chœur des petites
voix qui se situe au niveau de l'entendu. Verlaine véhicule ses états d'âme par le biais des bois et de la brise.


      Le deuxième sizain débute sur l'interjection « O » (vers 7) suivi d'une allitération en « fr » : « frêle et frais murmure ». Nous
pouvons supposer qu'avec le mot « frais » un élément liquide ou de fraîcheur va apparaître. Verlaine utilise une oxymore avec « cri doux » (vers 9). Tout le vers est une
interrogation. Nous sommes suspendus au rythme du vers et nous attendons la chute. Mais nous restons sur « ... » qui ne répond pas à notre question « que l'herbe agitée
expire... ». L'herbe qui expire est une métaphore de la mort comme un être humain qui expire son dernier souffle. Dans les deux derniers vers du deuxième sizain les sons sont feutrés et
assourdis. Nous avons l'impression d'être dans une autre dimension ou bien sous l'eau. Verlaine utilise l'eau et ses murmures pour transmettre ses émotions.


      D'emblée, Verlaine débute son troisième sizain par le mot « âme » (vers 13). Il est de nouveau en proie à ses inquiétudes, son doute, son mal de vivre.
Nous sommes dans le registre de l'ouïe avec « se lamente » (vers 13) et « plainte » (vers 14). Le rythme est lent et douloureux. Le mot « âme » nous renvoie au
registre religieux ou de la mort et des cieux, tout comme le mot « antienne » (vers 17) qui désigne un chant religieux. Dans ce sizain, il se pose des questions comme pour se rassurer
(vers 15 et 16). Il parle d'un couple, certainement du sien avec « c'est la nôtre ». Il insiste en utilisant « la mienne » et « la tienne » (vers 17). Le verbe
« dis » coupe de vers en deux. La douceur et le côté feutré sont mis en avant par « s'exhale » (vers 17) qui nous rappelle le souffle de la brise. « Par ce tiède
soir », nous sommes enveloppés par la nature, une douceur de vivre un peu comme une protection. Verlaine clos son poème par « tout bas » (vers 18) et nous fait retomber dans un
monde apaisé, silencieux, où la nature est toujours présente. 


      Dans ce poème, Verlaine a dépeint un décor naturel, juste estompé, un décor d'une forêt qui nous donne un ensemble d'impressions légères. C'est également un décor
flou, tout empreint de délicatesse où les synesthésies sont toujours présentes avec les murmures, la fraîcheur de l'eau et les sons délicats des bois. Il réussit avec la nature à exprimer ses
états d'âme et toute la complexité de ses sentiments.


 


source



covix 14/12/2011 21:26


Bonsoir Fathia, 


Belle association. merci de ce paratge et Courbet.


Bises

Viviane 14/12/2011 20:57



Un petit coucou tant qu'il me reste quelques grammes de courage !
Ici, il fait un temps épouvantable, j'espère que ça ne va pas durer !
Je te souhaite une bonne fin de journée avec un bisou.
Viviane 

Fathia Nasr 15/12/2011 14:02



Bonjour Viviane, je ne supporte pas le froid, je ne sais pas comment vous pouvez tolérerun temps épouvantable quand il neige et il fait trop froid, bonne journée, bisous.



SONYA 14/12/2011 20:35


merci de nous l'avoir présenté


j'irai voir le lien que tu indiques


ti bo


 


•-~·*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*·~-• 


 

bouchra 14/12/2011 20:22


bonsoir ma chère  , je suis désolé tu sais bien que je veux bien aller à la foire mais je me suis tombé malade grippe angine et une dent lijaaratni raha baka darani wallah , j'éspère que je
vais assister à l'autre exposition ida arada allah gros bisous et maykoune bass andak je vais t'appelé inchaallah 

LADY MARIANNE 14/12/2011 19:41


bonsoir fathia !
un beau poème !!  je ne le connaissait pas !!
merci de nous faire découvrir ces oeuvres !!
bonne continuation !  bises !

Dan 14/12/2011 16:00


On devrait créer des séances de poémothérapie et celui ci enferait biensûr parti. Bises Dan