Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fahtia Nasr Art Scrapbooking et Littérature....

L'art du cartonnage - tout savoir sur le cartonnage matériel et techniques

Le cartonnage, c'est la discipline des bricoleurs créatifs)... et un très bon moyen de faire du recyclage beau et utile !

Le cartonnage, qu'est-ce que c'est ?
On le définit souvent, un peu trop restrictivement, comme l'art de concevoir toutes sortes de boites avec comme matériau de base, le carton. En réalité, l'art du cartonnage, c'est bien plus que cela, c'est une technique qui vous donnera la possibilité de créer une quantité d'objets incroyables : du petit carnet de notes jusqu'à la commode, en passant par à peu près tout ce qui vous chante : objets déco pour chambre d'enfants, pied de lampe, coffret à bijoux, boite à mouchoirs, sacs à main, porte-revues, ensemble de bureaux, table basse de chevet ou de salon.... Et ce, avec de simples plaques de carton plus ou moins rigides selon votre projet, que vous pourrez acheter sans vous ruiner ou même récupérer très facilement. Si vous pensez vous essayer à l'art du cartonnage alors c'est le moment de recycler boites à chaussures et cartons d'emballages !

Avant de commencer

Le cartonnage, avec quel matériel ?

L'OUTILLAGE
Le cartonnage ne nécessite pas un matériel très spécifique ni trop onéreux. La plupart des outils employés sont en effet simples et d'un usage courant.

Veillez cependant à ce qu'ils soient de bonne qualité, celle-ci étant le gage d'une plus grande facilité d'utilisation et d'un meilleur résultat.

C'est donc une technique qui a l'avantage de se servir d'un matériau tout simple, accessible à tous. Pour pouvoir ensuite travailler ce carton, il vous faudra bien évidemment des outils de traçage, de découpage, de pliage et de collage : critérium, gomme, règle, équerre, compas, cutter, ciseaux (pour carton et pour tissu], tapis de coupe ou carton martyr pour réaliser les gabarits et créer les différentes pièces, colle vinylique, ruban adhésif de papier kraft, pinceaux] et rouleaux pour encoller, plioir, pinces à linge ou à dessin pour maintenir le collage, pour la phase d'assemblage, papier à poncer, peintures, vernis, papiers ou tissus d'embellissement comme le skivertex (papier imitation cuir) par exemple pour la partie habillage. A ce stade, vous pourrez d'ailleurs vous essayer à d'autres techniques de loisirs créatifs comme le serviettage ou le décopatch .

EXPLICATIONS DÉTAILLÉES SUR L'OUTILLAGE

Cartonnage, Outillage, matériel,

PLAN DE COUPE

Plaque coupe, Wonday PVC 45-60 cm,

La découpe du carton est une phase essentielle de la réalisation d'un objet, aussi est-il conseillé de travailler sur une plaque de coupe en P.V.C. à surface autocicatrisante. En choisir une de taille moyenne, soit 45 x 60 cm (au minimum).  À défaut, utiliser un carton gris de 3 mm d'épaisseur, mais après plusieurs passages du cutter, le carton risque d'être entamé et la coupe sera moins nette.

OUTILS DE COUPE

Cutter, précision,-cutter, rose,

Un cutter de précision de bonne qualité et à lames cassables pour couper les cartons, les cartes bulle, le Skivertex et les autres papiers. La finesse des lames permet une meilleure précision de coupe. Penser cependant à changer régulièrement la lame qui doit toujours être bien aiguisée.

Cutter, Pour-Coins-Arrondis,

Un cutter pour les arrondis. Il permet de couper les petites formes rondes inférieurs à 7,5 cm de rayon.

Une paire de petits ciseaux à bouts pointus
Les choisir d'environ 13 cm, de type ciseaux à broderie, pour les découpes des papiers et des angles.
Une paire de ciseaux cranteurs pour effectuer les découpes fantaisie des frises.
Un emporte-pièce à frapper rond de 5 mm de diamètre pour perforer les cartons épais et un marteau.
Règles et équerres
Une règle de coupe lourde, en acier, de 50 cm. Elle permet la découpe et l'équerrage des cartons, des cartes bulle et de papiers.
Un réglet en duralumin. Cette règle métallique de 50 x 30 cm porte une graduation en millimètres et demi-millimètres, commençant à son extrémité (elle existe également 30 x 3 cm et en 15 x 1,5 cm). Elle sert principalement à mesurer les profondeurs.

Une règle plate de 40 cm en plastique transparent. Choisissez de préférence une règle avec les divisions placées sur fond blanc. Plus lisible si vous devez effectuer des tracés ou des mesures sur fonds foncés ou noirs.
Une équerre lourde en acier de 25 cm pour le tracé des angles droits. Il est préférable d’acheter d’emblée une équerre de 25 cm qui pourra également faire office de mini règle pour certaines petites découpes.

PETIT OUTILLAGE

Un porte-mine HB de 0,5 mm. Son emploi est préférable à celui du crayon à papier, qui nécessiterait d’être toujours parfaitement taillé. Plus la mine est fine, plus les tracés sont précis.

Un compas pour effectuer les tracés des cercles.

Une gomme blanche.

Un plioir en plastique ou en os de 17 cm. Il permet de lisser et pré-plier le papier. Opter pour celui en plastique qui glisse mieux sur le papier. Pour la même raison, limer l’extrémité arrondie avant usage.

Un poinçon emmanché pour perforer.

Un embossoir pour façonner les reliefs.

Des pinceaux. Prévoir un pinceau brosse de 1,5 cm de large pour coller les objets courants (de petite ou moyenne taille). Pour les grandes surfaces, utiliser un pinceau brosse de 2,5 ou 3 cm de large. Veiller à bien les rincer après usage avec du détergent et de l’eau chaude. Pour décrasser les pinceaux et prolonger leur tenue, les faire tremper de temps en temps dans de l’alcool à brûler.

Des attaches parisiennes, anneaux, boutons à vis en laiton jaune… pour réaliser les boutons ou fermoirs de certains modèles.

Des rubans et ficelles pour réaliser les gabarits, servir d’anses ou de liens au système de fermeture sur certaines réalisations.

Des pinces à linge en bois, des pinces à dessin et des élastiques qui permettent de faire adhérer et de maintenir les éléments.

Du papier abrasif à grain fin et une cale. Ce papier permet d’estomper les petites irrégularités du carton afin d’obtenir des surfaces et des tranches bien lisses. Le placer sur une cale en bois pour un emploi plus aisé.

Un chiffon doux et propre en coton.

Des vieux magazines ou catalogues pour encoller. Pour plus de commodité, prévoir un plan de collage et un plan de coupe ou de travail séparés. Pour le plan de collage, penser à tourner régulièrement les pages afin de travailler sur une feuille toujours propre.

LES MATÉRIAUX

COLLE ET ADHÉSIF

La colle vinylique blanche est la plus appropriée. L’acheter plutôt en gros pot et en transvaser la quantité nécessaire dans un pot en verre avec couvercle à vis (un pot de confiture, par exemple). Si la colle épaissit, ajouter quelques gouttes d’eau pour la diluer. Veiller à bien « chiffonner » la colle, c’est-à-dire à bien l’étaler en pellicule fine, en frottant avec le pinceau, pour la répartir uniformément.

Du kraft brun gommé en rouleau. Il sert à consolider l’assemblage des éléments en carton, notamment le maintien des angles dans le montage des volumes. L’utiliser en 36 mm de largeur et passer une fine couche de colle sur sa partie gommée avant usage pour renforcer son adhérence.

LES MATÉRIAUX DE BASE : CARTONS ET CARTES

Le carton gris. Suivant la technique utilisée pour confectionner l’objet et sa grandeur, on emploiera du carton de 1, 1,5, 2, 2,5 ou 3 mm. Celui de 1,5 mm sera adapté à la réalisation des onglets dépassants.

La cartonnette. Très souple, la cartonnette est un carton bois au PH neutre de couleur ivoire, de 0,7 mm d’épaisseur, surtout utilisée pour les cadres.

Les cartes bulle. Elles servent soit à « buller » , c’est-à-dire doubler l’extérieur d’un volume avant l’habillage avec le matériau choisi (papier ou tissu) afin de neutraliser les épaisseurs dues aux bandes de kraft, soit à habiller l’intérieur d’un volume. Elles existent en plusieurs épaisseurs et grammages allant de 180 à 420 g. Plus l’objet à réaliser sera grand, et plus on aura tendance à choisir une carte bulle épaisse. Si le papier fantaisie utilisé pour l’habillage est à fond blanc ou s’il est transparent, remplacer la carte bulle par du bristol blanc de même grammage.

Le papier kraft en feuilles. Il sert à cintrer au séchage pour préformer un volume arrondi.

LES MATÉRIAUX D’HABILLAGE

Les toiles contrecollées. Dénommées « Relon » , « toile du Marais » , « Beaubourg » ou « Métis » , ces toiles unies sont montées sur une mince pellicule de papier qui renforce le tissu pour un emploi plus aisé.
Elles apportent une touche raffinée, mais doivent être utilisées avec précaution pour éviter les traces de colle. Pour débuter, utiliser de préférence le Skivertex pour s’exercer. 

Les papiers enduits P.V.C. ou Skivertex. Ces papiers plastifiés imitant l’aspect du cuir existent en différents grains (imitation lézard, autruche, etc.) sont très résistants. Les toiles contrecollées ainsi que les Skivertex peuvent être utilisés pour gainer les objets et pour réaliser des charnières, car ils offrent une bonne solidité. Lors de la pose, faire très attention au sens du grain droit fil.

Les papiers fantaisie. Si les papiers reliure dits « à la cuve » demeurent des classiques, les boutiques spécialisées proposent aujourd’hui une gamme de plus en plus variée de papiers fantaisie. Éviter les gros motifs sur les objets de petite taille et les papiers à raccords pour débuter. Éviter également les papiers glacés, difficiles à travailler et ayant tendance à casser. Enfin, proscrire les papiers trop fins.

Les papiers unis et à matière. Tous ces papiers unis, qu’ils s’appellent Peau d’éléphant, Népal, Lézard, Lamali, Bois, Éfalin (d’aspect toilé), etc., peuvent être utilisés seuls ou pour souligner et faire contraste avec les papiers fantaisie. Ils sont souvent employés pour l’habillage intérieur des objets.

Les tissus imprimés. Tous les cotons peuvent être utilisés pour remplacer les papiers fantaisie. La pose nécessite seulement quelques précautions pour éviter les traces de colle ou les bavures (éviter les surcharges). Penser à utiliser du bristol blanc pour les tissus à fond clair.

ÉQUERRAGE ET COUPE DES CARTONS

Le cartonnage est une technique qui requiert de la rigueur. Au plaisir de concevoir un objet, s’ajoute la satisfaction d’accomplir chaque geste dans les règles de l’art.

ÉQUERRAGE ET COUPE DES CARTONS

Pour qu’un objet soit réussi, il est indispensable d’avoir des cartons bien coupés et équerrés. Le tracé doit toujours s’effectuer sur un carton coupé à angle droit. Pour un(e) droitier(ère), travailler et commencer par équerrer le carton en bas à droite – à gauche pour les gauchers(ères).
Pour ce faire, passer la règle lourde sur le carton, appuyer fortement sur la règle avec la main gauche tandis que la main droite va couper avec le cutter (elle doit rester souple pendant l’opération). Couper de haut en bas en plaquant la lame du cutter à 45° le long de la règle : un premier trait de coupe très fin va se former. Repasser à plusieurs reprises sur ce trait en veillant à ne pas déplacer la règle jusqu’à la découpe totale du carton. Faire ensuite pivoter le carton. Pour l’équerrer, placer maintenant la règle lourde à l’horizontale sous la partie déjà coupée et poser l’équerre sur le carton de manière à former un angle droit. Couper et vérifier l’équerrage. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article