Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fahtia Nasr Art Scrapbooking et Littérature....

Qu'est ce que le scrapbooking

scrapbooking,digital,numérique,kits,freebies,Île,Poètes,festival,international,arts,culture,mille,nuits,1001,fathia,nasr,littérature,poésie,musique,danse,théâtre,contes,paix,peace,fantasy,imaginaire,fantastique,Shéhérazade,Schéhérazade,Shahrazade,
Page de Scrapbooking thème Shéhérazade (Les Mille et Une Nuits)

1. Introduction au scrapbooking 

"Scrapbooking" ou créacollage, collimage (francisations principalement utilisées au Québec) est un mot américain, scrap voulant dire « morceaux » et « booking » signifiant « sur album » ou « en livre ».

Le scrapbooking consiste donc à mettre en scène nos souvenirs par différentes techniques et matériaux qui mettront en valeur les photos et les laisseront raconter l’histoire qu’elles renferment.

Le scrapbooking est vieux comme le monde. En effet nos ancêtres, les hommes de Neandertal faisaient des dessins dans leur grotte de façon à marquer leur souvenir. ..

Mais le vrai scrapbooking est apparu dans les années 1800 en Amérique.

A l’époque faire un scrapbook consistait à prendre des coupures de journaux et à en faire des albums. Cette pratique était donc rudimentaire.

En 1839 la photographie est apparue, ce qui allait révolutionner le monde du scrapbooking. A l’époque la photographie n’était pas accessible à tous mais déjà les personnes les plus aisées prenaient plaisir à faire des chefs d’œuvre à partir de leurs photos. Puis nous nous sommes rendus compte qu’en associant certaines méthodes, les scrapbooks étaient de plus en plus jolis. La peinture, par exemple, s’invitait dans cette pratique. Des nouveaux matériaux sont eux aussi apparus offrant d’autres horizons au scrapbooking et le diversifiant.

C’est à partir des années 1980 que le scrapbooking a pris toute son ampleur et qu’il est devenu le loisir créatif que nous connaissons aujourd’hui. Il s’officialise à travers des salons, des livres… C’est en 2000 qu’il fait son apparition en France et depuis il prend de plus en plus d’importance, se diversifie tous les jours et fait de plus en plus de fidèles.

A l’origine, le scrapbooking consiste à faire un album, chaque page mesurant 30 cm sur 30 cm. Généralement on trouve une ou plusieurs photos, un titre et un journaling (légende visant à décrire la situation ou à donner son ressenti). C’est grâce à des superpositions de papiers, des techniques diverses et variées et d'embellissements en tout genre que nous allons vous présenter des exemples de scrapbooking et tout ce qui en résulte.

2.Historique

Devinez ce qu’il y a de commun entre l’écrivain Mark Twain, la reine Victoria, ... et vous ?

Eh oui, bingo, c'est le scrapbooking!

Même si cette activité a évolué à travers les âges, le nom est resté, et les finalités principales aussi.

L’histoire du scrapbooking peut être scindée en deux phases : l’avant 1980 (Le scrapbooking historique) et l’après 1980 (le scrapbooking contemporain »)...

De la partie historique naîtront les deux activités contemporaines et complémentaires que sont le scrapbooking contemporain, mais aussi la famille de l’altering, des livrets déco, des trading-cards (ou ATC) et de toutes les activités de collages en général.

I - LE SCRAPBOOKING HISTORIQUE

Aujourd’hui, nous n’envisagerions pas le scrap sans les photos (encore que certaines de nos pages s’en passent très bien). Mais le scrapbooking est bien antérieur à l’invention de la photographie.

Une activité comparable au scrapbooking est attestée en Allemagne et aux Etats-Unis dès les 17° et 18° siècles (reste à savoir où le phénomène a débuté ; les sources diffèrent sur ce point).

A l’époque, l’ancêtre du scrapbooking qui se nomme, aux Etats Unis, « common-place book » , est une activité pratiquée par les hommes et les femmes de « la bonne société ».

Cela consiste à écrire des citations, coller des articles de journaux, des images, des éléments naturels (fleurs ou feuillages séchés), éventuellement à dessiner ou à écrire son journal et pour les dames coller des échantillons de points de tricot ou recopier des recettes de cuisine.

(Le common-place book existe encore aujourd'hui, en recherchant sur le net vous en trouverez : ce sont ni plus ni moins que des "journaux", (mais pas "intimes"), certains blogs portent ce nom aux Etats Unis).

Thomas Jefferson (1743-1826), un des pères fondateurs des Etats-Unis, tenait son « Common place book » en collant, entre autres, tous les articles de journaux concernant son mandat de président. Comme celui de Jefferson (redécouvert en 1999 par un universitaire), ces « Common place books » étaient de plus souvent assez luxueux, avec reliure en cuir.

Le mot "scrapbook" apparaît à la fin du 18° siècle. Si aujourd'hui on a tendance à dire que ce mot vient de "scrap" signifiant restes, petits bouts (de papier, de laine, etc.), ce qui explique que le scrapbooking est avant tout un art de la récupération, l'étymologie du mot reste assez contestée.

Pour certains, cela vient des produits en papier vivement colorés appelés "scraps" qu'on mettait à l'époque dans les albums, et qui pouvaient être des cartes de vœux, des étiquettes, récupérées ou même achetées dans des magasins spécialisés (ce que nous appelons "chromos").

Le "scrap " était aussi le nom des photos non montées (sur cadres carton) mais comme le mot est né près d'un siècle avant l'invention de la hotographie, l'hypothèse ne tient pas la route.

Le scrapbooking historique poursuit son évolution au cours du 19° siècle, s’étoffant, au fur et à mesure de l’avancée des technologies, de nouveaux matériaux et de nouvelles idées.

Par exemple, Mark Twain, inoubliable auteur de Tom Sawyer – et passionné de scrapbooking (il y passait tous ses dimanches!) - avait conçu des albums avec pages gommées qu’il suffisait d’humidifier pour y coller ce qu’on souhaitait. Il déposa même un brevet pour cette invention, et les « Albums Mark Twain » (marque déposée) eurent un succès certain jusqu’au début du 20° siècle.

Pendant le 19° siècle, les albums se diversifient dans leur contenu et leur but: certains albums sont des albums de souvenirs, d’autres s’orientent vers un but uniquement décoratif.

Deux types d’albums typiquement féminins émergent :

-1- les albums à but utilitaire, qui contiennent étiquettes de produits, cartes de magasins, recettes, et tous conseils pratiques concernant la tenue de la maison.

-2- les livres d’amitié (Friendship albums) contiennent les lettres et menus envois (cartes, chromos, mèches de cheveux) que s’échangent les jeunes femmes de la « bonne société ».Avec l’invention de la photographie, ces albums s’enrichissent de ces nouveaux types de souvenirs.

La période victorienne voit arriver l’âge d’or du scrapbooking historique, en même temps qu’un changement de public radical: le scrapbooking ne s’adresse plus désormais qu’aux femmes et aux enfants (voire aux adolescents ou jeunes adultes).

Chaque femme (la reine Victoria y compris), possède un album qui contient l’ensemble de sa vie sociale et affective: cartes postales, photos, cartons d’invitation, signatures, mèches de cheveux, poèmes, chromos, etc.

Les enfants suivent le même chemin, avec dessins, images, poèmes. Cette activité est reconnue comme une activité pédagogique familiale importante.

Les adolescents et jeunes adultes font des albums de souvenir sur leurs années de collège et d’université.

Le premier « manuel » de scrapbooking (qui ne porte pas encore ce nom) apparaît sur le marché en 1880 et a un certain succès. Les fabricants de « scraps » (images, papiers colorés, chromos) diversifient leurs produits pour répondre à toutes les demandes.

Après la guerre de 14, la passion s’est éteinte. Même si certaines femmes gardent encore leurs souvenirs dans des journaux intimes qu’elles décorent et enrichissent de collages divers, l’âge d’or des scrapbooks historiques est terminé.

II - LE SCRAPBOOKING AVANT 1980

Après la guerre de 14 et jusque dans les années 80 les scrapbooks continuent leur petit bonhomme de chemindans les pays anglo-saxons, sous deux formes qui peu à peu se dissocient.

1°) Le scrapbook classique, tel qu'on le connaissait auparavant: ensemble de documents et de textes servant à la fois de journal intime et de mémoire. C'est une activité pratiquée en famille ou à l'école. Dans les années cinquante, par exemple, les écoliers anglais doivent réaliser des scrapbooks sur des sujets imposés.

Parallèlement, dans d'autres pays, des gens de tous âges et de tous horizons pratiquent sans le savoir un scrapbooking "primitif" en découpant leurs photos, collant des éléments naturels ou des images, agrémentant leurs albums de commentaires.

2°) Le scrapbook tel que pratiqué par les Mormons, Impossible d'n parler de sans parler d'eux :

L’Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours (LDS en anglais) a été fondée à la fin du 19° siècle. Pour échapper aux persécutions et vivre leur vie tranquille, ses membres ont fini par s'installer

dans une région désertique de l'Utah et fonder leur ville: Salt Lake City. Ces religieux purs et durs glorifient les valeurs familiales.

En même temps, leur croyance religieuse les enjoint à baptiser même les morts, de façon à les faire ainsi entrer dans leur église et sauver leur âme.

Voilà pourquoi ils travaillent depuis des décennies sur la généalogie de tous les humains vivant sur cette terre, et ont réuni la plus exceptionnelle base de données mondiale sur ce sujet (tout chercheur amateur en généalogie fait appel à eux un jour ou l'autre). Leur motif: retrouver le plus d'humains possibles et sauver leur âme en les baptisant post-mortem.

De cette exaltation exacerbée des valeurs familiales et religieuses est né un scrapbooking mormon, destiné à transmettre ces valeurs en même temps que les souvenirs familiaux propres à chaque

famille. Les autres religions fondamentalistes des Etats Unis ont suivi, se retrouvant dans les valeurs

Véhiculées par cet activité (considérée comme un "acte religieux")

Le scrapbooking de loisir, tel que nous le pratiquons, est le cousin direct de ce scrapbooking religieux militant.

3°) La date charnière : 1980

Suite à une conférence internationale à Salt Lake City et de la présentation, à cette occasion, des scrapbooks originaux de Marielen Christiansen, un engouement national pour cette activité s'est rapidement développé. Le premier ouvrage moderne de scrapbooking :

KMA Keeping Memories Alive, écrit par Marielen Christiansen connaît un succès sans précédent et deviendra par la suite le nom de son entreprise, dont la devise est :

We invented scrapbooking

Sur son modèle, d’autres entreprises (qui comptent encore aujourd'hui parmi les plus connues et les plus florissantes) sont créées dans l'Utah par des femmes mormones, pour répondre à cet engouement grandissant et aux demandes de produits adéquats (voire à les devancer)…

4°) Le scrapbooking aujourd'hui

Le scrap s'est ainsi développé aux USA de 1980 à nos jours, et est apparu enAngleterre, puis en

Europe Continentale quelques 10 ou 15 ans plus tard.

En 2003 l'industrie du scrapbooking (dontla majeure partie est toujours localisée en Utah et aux mains des Mormons) pesait déjà 1 milliard de dollars par an aux USA (le chiffre avait quadruplé en 5ans). Deux ans plus tard, on était passé à 2,5 milliards de dollars...

En Europe continentale, même si certaines d'entre nous (assez rares) ont déjà 8 ou 10 ans de pratique, cette activité n’a vraiment "explosé" qu’en 2003-2004, avec l'arrivée en masse des produits américains (et donc un approvisionnement plus facile pour les scrappeuses), le développement D’internet , l'édition de livres et de magazines en français (Idées de scrap dès 2002, Histoires de pages en 2004, sans compter leurs livres, plus anciens), l'avènement de fabricants européens et de boutiques réelles ou virtuelles de plus en plus nombreuses sur le continent.…

Aujourd’hui, le scrapbooking européen devient petit à petit adulte et ne fait plus trop de complexes face à son grand frère américain (même si les modes et les nouveaux produits viennent toujours de là-bas), et chacun peut aujourd'hui trouver son style, en observant et en grappillant, en fonction de ses envies et de ses objectifs. 

Historique (Résumé avec les dates)

Le mot "scrap" apparaît au XIXème siècle.
Il désignait alors des coupures de journaux et des morceaux de papiers colorés et utilisés pour décorer et personnaliser les albums.

1825 : La 1ère revue consacrée au scrapbooking est publiée en Grande-Bretagne. Elle présentait des méthodes pour réaliser un scrapbook.

1826 : John Poole publie l'ouvrage "Manuscrit Gleanings and Literary Scrapbook" où il expose des méthodes et des techniques pour réaliser et conserver des scrapbook.

1839 : La photographie apparaît, une révolution est en marche.

1854 : Le terme "scrapbook" est officialisé et défini dans l'Oxford English Dictionary.

1888 : Kodak commercialise le 1er appareil photographique portatif. La photo devient accessible au plus grand nombre. C'est l'âge d'or du scrapbooking.

1914 : 1ère guerre mondiale. Cet engouement pour le scrap s'essoufle naturelement.

1976 : La généalogie devient un vrai phénomène de société aux Etats-Unis après la publication du livre d'Alex Haley, "Roots". S'en suit un regain d'intéret pour le scrapbooking : les Américains sont impatients de connaître leurs ancêtres et de présenter leurs recherches dans leurs albums.

1980 : Les Mormons expose leurs scrapbook lors de la convention internationale de généalogie à Salt Lake City.

1980 : Les 1er "Cropping", réunion de scrappeurs, qui s'échangent techniques, idées, astuces…

1999 : avec Marie-Dominique Gambini. Celle-ci, après 3 ans d'expatriation à Boston, lance à Lyon en mai 1999 ses premiers ateliers.

2001 : Un reportage complet au JT de TF1 permet à ce loisir créatif de sortir des frontières de Rhônes-Alpes pour se répandre partout en France. Il connaît un très fort essor, comme en témoigne la croissance du nombre de sites de vente en ligne de matériel de collimage.

2006 : l'École Lyonnaise de Scrapbooking a été créée en juillet et organise une vingtaine de sessions par an.

2007 : La création de Studio-Scrap révolutionne le scrap français en développant le digital. D'autre logiciels spécialisés dans le scrap digital suivront.

3.Scrapbooking : les bases

Page,Scrapbooking,Sketche,digital,layout,bases,techniques,dérivés,kits,freebies,fathia,nasr,scraps,
Sketche de Sacrapbooking de deux photos

Maintenant que vous savez d’où vient le scrap et que vous avez un peu de matériel, vous allez commencer votre page. Mais par ou commencer ?

Voyons comment se présente une page de scrap a travers un brouillon de page (autrement appelé sketche) :

Commençons par les éléments principaux.

Les photos :

Ce sketche présente deux photos, mais sachez que vous pouvez mettre autant de photos que vous le voulez sur une page de scrap. Vous pouvez les laisser dans leur forme standard ou bien les découper pour ne garder qu’un élément de la photo ; ou au contraire les faire agrandir pour créer des pages originales. Si vous mettez plusieurs photos, je vous conseille d’être judicieuse dans votre choix et de prendre des photos ayant une cohérence entre elles. Par exemple les photos d’un goûté d’anniversaire, ou les photos d’une sortie a la mer… N’hésitez pas à utiliser des photos prises sur des plans originaux, votre page n’en sera que plus belle.

Le titre :

C’est un élément important car il « résume » la page. Vous n’êtes pas obligés de faire un titre avec un seul mot, vous pouvez écrire une petite phrase par exemple et utiliser des polices différentes pout l’écrire. Vous pouvez utiliser des stickers, des rubons (transferts), un texte imprimé, des chipboards, des lettres découpées dans du carton ou du plastique…tous les moyens sont bons. Pensez à faire des titres originaux.

Le journaling :

Cette partie est facultative mais je vous encourage à en faire un sur chacune de vos pages. Un journaling est une légende explicative de votre page. Ca à l’air bien formel comme ca mais en réalité c’est une partie amusante du scrap et la encore vous êtes libres de laisser votre imagination écrire ces quelques mots. Ca peut être un petit texte expliquant vos impressions, un poème, les paroles d’une chanson, une citation prise dans un livre, ou tout simplement une date.

Passons maintenant aux éléments secondaires mais qui ont tout de même leur importance.

Comme vous le voyez il y a un cadre autour de la photo. C’est un matage de photo. Mater une photo c’est la coller sur un rectangle de dimension plus grande afin de faire ressortir la photo et de lui donner encore plus d’importance. Cette étape est bien entendu facultative mais la encore je vous encourage à le faire. Vous pouvez mater votre photo avec des papiers de toute sorte et n’hésitez pas à changer les dimensions du rectangle de papier.

Le cercle et le rectangle en longueur représentent des papiers. Le scrap aime jouer avec la superposition de papier. Pour que votre page reste harmonieuse voila quelques conseils. Ne négligez pas le choix des couleurs de vos papiers. Pour cela regardez votre photo, choisissez la couleur dominante et à partir de cette couleur choisissez au maximum trois couleurs qui iront avec cette couleur dominante et soit du blanc soit du noir soit du blanc cassé. Si vous avez du mal avec les choix des couleurs utilisez une roue des couleurs que vous pouvez acheter dans les magasins de loisirs créatifs. Vous pouvez également trouver sur le net des roues des couleurs en ligne et gratuites. Vous pouvez superposer des papiers de formes et de tailles différentes, le choix va dépendre du style que vous voudrez donner à votre page.

Conseils : Avant de commencer votre page faites un brouillon. Vous aurez ainsi une idée du résultat que vous allez obtenir. Si vous êtes en manque d’inspiration n’hésitez pas à utiliser un sketche (que vous pouvez trouver facilement sur le net) ou à a faire un scraplift. Le scraplift consiste à « copier » une page déjà existante. Copier est un mot un peu fort car en fait on s’inspire de la page pour l’adapter à nos photos et a notre gout. Vous n’êtes pas obligés de demander l’autorisation de la créatrice mais la moindre des choses est de le dire lorsque que vous avez fait un scraplift, notamment sur les blogs et forums. Ca n’enlève rien à votre talent et un scraplift reste une façon de rendre hommage à une créatrice et sa page.

Avant de coller vos éléments placez-les sur votre page pour vous rendre compte du résultat. Il vaut mieux s’apercevoir que les éléments sont mal placés avant de coller qu’âpres car une fois collés vous ne pouvez plus les enlever.

4.Scrapbooking : les différents styles

Clean and simple : Ce style peut se traduire par « clair et simple ». Il s’agit donc, comme son nom l’indique, de faire une page avec un minimum d’embellissements afin que l’élément dominant reste la photo. Le fond de page est souvent uni, on ne met en général qu’une ou deux photos et peu de papiers.

Page héritage : Les pages héritages utilisent les techniques de vieillissement (encore appelé vintage). Le but est de faire une page ayant un aspect vieilli, ancien, et ce en utilisant des couleurs telles que le marron, le beige… Les couleurs sont souvent en sépia ou noir et blanc et les embellissements utilisés peuvent être de la dentelle, des boutons de style ancien.

Style américain : Le style le plus utilisé en scrap. On met une ou plusieurs photos, on utilise beaucoup de papiers et d’embellissements et on trouve souvent un titre et un journaling.

Style européen : Ce style est certainement le plus simple. Il s’agit principalement d’utiliser les photos en les découpant à l’aide de pochoirs afin de leur donner des formes particulières. On trouve peu d’embellissements et peu de papiers. On peut également appeler ce style « azza »

Free style : comme son nom l’indique c’est la liberté totale en matière de scrap. On utilise surtout le doodling pour ce style.

Le style shabby chic : c’est un mélange de scrap moderne et ancien. On utilise les techniques vintages tout en donnant des aspects modernes à la page.

Style kawai : style japonais qui prend de plus en plus d’ampleur en France. On utilise des couleurs vives telles que le turquoise, le rose, le vert afin de « manganiser » les pages et de leur donner un petit côté « art toy ».

5.Matériel
Le scrapbooking nécessite un peu de matériel afin de réaliser ses envies…

 

Pour bien démarrer le scrap
Voici une liste non-exhaustive, recommandée pour bien débuter :

Matériel de scrapbooking

Un jeu de 2 ou 3 papiers différents, au format 30 X 30 cm
Une règle d'au moins 30 cm
Une équerre
Une paire de ciseaux
Un cutter de précision
Un feutre aquarellable
Un tube de colle
Des embellissements, aussi divers que variés
Et bien sûr des photos !

6.Les techniques du scrapbooking

- Mettre en scène ses photos
L'objectif est de mettre en scène une ou plusieurs photos afin de les mettre en valeur. Fini l'album standard !

Comme on veut mettre des photos sur une page, le thème doit  être identique. Il vaut mieux aussi que les couleurs soient dans le même ton. Cela donne une certaine harmonie à la page.

Si le thème premier du scrapbooking, ce sont les photos de famille, on peut aussi traiter tous les sujets et notamment les vacances, les paysages…

Une fois les photos sélectionnées, il ne reste plus qu'à les mettre les disposer et à passer à la phase de la découpe.

- Les Formats
Généralement de format 30 x 30 cm, on peut choisir un autre format en fonction de la taille de l'album ou de la réalisation.

- Les couleurs
A vous de choisir ! La couleur doit être en harmonie avec les photos. On choisira plutôt du bleu pour des photos de mer que du rouge ! Le fond peut être uni ou décoratif. Attention, à ne pas surcharger. N'oubliez pas qu'il faut mettre en valeur les photos !

Page,Scrapbooking,Sketche,digital,layout,bases,techniques,dérivés,kits,freebies,fathia,nasr,scraps,time,coffee,
Page de Scrapbooking thème l'heure du café "Time of coffee"

Scrapbooking digital et Digiscrap

Le digiscrap en quelques mots...
Le digiscrap est l'abréviation de Digital Scrapbooking. 
Maintenant que vous connaissez le scrapbooking manuel, et bien, le digiscrap, c'est la même chose mais sur votre ordinateur. C'est très rapide à mettre en oeuvre; vous lancez votre logiciel et vous avez accès immédiatement à toutes vos photos pour créer vos pages de scrap.

Vous trouverez parfois le sigle SAO, pour Scrap Assisté par Ordinateur !

Ces nouvelles possibilités séduisent de plus en plus les fans de ce loisir. Il amène aussi de nombreuses personnes à s'intéresser au scrap grâce aux avantages du scrapbooking digital.

Les avantages du scrapbooking digital
Les mêmes possibilités que le scrap manuel
Le scrapbook digital offre exactement les mêmes possibilités que le manuel : En plus du texte, composition, papiers, rubans, brads, tags, etc. A vous de décider jusqu'où l'ordinateur va vous faciliter la tâche !

Il est beaucoup plus simple de tester ses photos pour la mise en page de son scrap. Cette photo serait mieux mise en valeur en l'agrandissant un peu ? en la recadrant ? Et finalement non, plus petite, en entière ? Le scrapbook digital évite d'avoir à tirer chez le photographe 15 exemplaires de la même photo.

En plein milieu de la réalisation du scrapbook "Time of Coffee", il vous manque quelques feuilles pour finaliser les 2 dernières pages ?
Numérisez vos papiers à l'aide d'un scanner ou téléchargez des papiers digitaux sur internet : Le fichier sera toujours présent sur votre disque dur. Allez même plus loin et constituez-vous une véritable collection de papier, impérissable dans le temps.

Fini le désordre
La réalisation d'un scrap manuel se termine toujours de la même façon : un plan de travail enseveli sous des tonnes de chutes de papiers et de matériels.

En travaillant sur votre ordinateur, vous n'aurez à sortir qu'un clavier et une souris.

La fonction "retour-arrière" des différents logiciels révolutionne les méthodes de production d'un scrap. Vous faites une erreur ? Pas de soucis, vous pouvez annuler vos actions d'un simple clic de souris. Réflexion faite, c'était bien ? Aucun problème, revenez à votre dernière opération  tout aussi facilement.

Vous venez de finaliser le scrap de l'heure du café. Fière(e) du résultat, vous pouvez la partager avec tous vos amis sur les réseaux sociaux, blogs et même à votre famille par mail...

Tout ce que vous avez à faire, c'est de l'envoyer par mail à vous amis pour leur dire "Bonjour", de le déposer sur une galerie, voir même de le faire imprimer chez le photographe.

Les logiciels de scrapbooking
Il existe plusieurs logiciels dédiés au scrapbooking, comme Studio-Scrap que vous pouvez télécharger en version d'essai afin de connaître toutes les possibilités du logiciel.

Des kits de scrap sont disponible à l'achat mais aussi gratuitement sur internet, on appelle ça des freebies pour le scrapbooking. Si vous possédez des logiciels de retouche photos comme gimp ou photoshop, vous pouvez également créer vos propres embellissements et textures…

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ydit 30/01/2020 10:22

Merci pour cet historique et ces détails sur le scrapbooking

covix 31/01/2018 19:40

Bonjour,
Merci pour cet article instructif. Bon Scrap.
Bonne soirée
Bises

Evy 31/01/2018 14:28

Merci pour ce partage bonne journée comment vas tu bisous

LADY MARIANNE 31/01/2018 08:57

un article intéressant sur le scrap !!
bonne journée- bisous-